16/01/2009

Reggie Dokes

Alors que Moodymann vient de sortir un EP qui s'arrache comme des petits pains (qui est tres bien meme si ce n'est pas ce qu'il a fait de mieux), et que Theo Parrish a eu une année 2008 relativement prolifique (point commun entre les deux, des releases de qualité a prix exorbitant), je prefere mettre en avant un des grands "unsung heroes" de cette scene de Detroit, a savoir Reggie Dokes.

Un artiste rare, capable de mettre beaucoup d'émotion dans la deep house qu'il produit impeccablement. Deux exemples de sa musique, plus faite pour écouter que pour danser, a la fois lente, cérébrale et chaleureuse.


Reggie Dokes : "The Skin I'm In"



Reggie Dokes : "Black Children of the Ghetto"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire