18/01/2010

Dubtronique se fait squatter : Dj7

Pour 2010, vos deux serviteurs ont émis le souhait d'ouvrir encore un peu plus le champ musical du dubtronique.net, en proposant a un passionné de musique de venir squatter le blog le temps d'un post afin de nous faire partager un morceau, un mix, une playlist, etc... On commence des aujourd'hui avec Guillaume aka dj7 de l'excellent blog 716 que j'écoute la musique pour une playlist acid-house/techno/rave qui nous rappelle ces fameuses free-parties des années 90... 


(Et si vous aussi voulez participer, n'hésitez pas a nous envoyer un petit message avec le lien Contact ci-dessus !)



"Parce qu'il y a 10 000 parcours musicaux qui mènent à l'électro, à fortiori depuis qu'elle a infiltré tous les genres.
Du coup, sans tomber dans la nostalgie, j'ai eu envie de mettre les morceaux qui m'ont personnellement fait tomber dans la marmite et rappeler qu'à l'époque il n'y avait pas internet mais qu'en plus seuls quelques initiés achetaient les disques qui étaient des vinyles. Tous les autres connaissaient cette musique à travers les soirées, les mixtapes ou Radio FG. Un jour il faudra que je prenne le temps de numériser toutes mes cassettes."


    The Hypnotist - The House Is Mine
    Parce que le passage entre le clavier primesautier du début et l'arrivée de l'acid est trop bon, le son rave à l'ancienne par excellence.


      The Orb - Blue Room
      Parce que j'avais découvert The Orb dans l'émission Mégamix produite par Martin Meissonier qui passait le samedi vers 19h sur Arte. D'ailleurs, ils filmaient des raves et finissaient l'émission en montrant les images sans commentaires, j'ai découvert plein de trucs en voyant ça, comme Adam X et Frankie Bones. Là ils avaient passé des extraits du film d'animation de The Orb et j'avais trippé. J'avais acheté le disque à la Fnac en même temps que je recommandais "Fear of the Black Planet" à mon oncle. Quand je l'ai écouté, j'étais surpris et puis ensuite je suis complètement tombé dedans. Pour moi qui écoutais du dub (King Tubby, Yabby You qui est mort cette semaine soit dit en passant) et des cassettes de techno après avoir été dans Pink Floyd, je retrouvais tout ça dans leur musique, c'était une transition parfaite.
      Plus tard, lorsque mes amis anglais m'ont raconté le festival de Glastonburry avec The Orb qui jouait en pleine nuit avec un son et des visuels de ouf, notamment un avion dessiné par des lasers passant dans le ciel noir avec le son du moteur, et tout le monde scotché devant sa tente, je me suis dit que j'aurais bien connu The Orb à l'époque en version live.


        The KLF - Space 1 (Mars)
        Je ne suis pas un gros fanatique du vinyl original pour l'électro mais celui-là est une des pièces dont je suis le plus fier même si aujourd'hui il ne coûte plus grand chose sur le web, genre 9 livres. Je l'avais trouvé dans le magasin Fat Cat à Londres que j'aimais beaucoup. Beaucoup connaissent KLF pour What Time is Love mais ils ont entre autres pondu un album de chill out majeur tout simplement appelé "Chill Out" et celui-ci "Space" jamais sorti en cd, qui raconte un voyage dans l'espace, chaque morceau a un nom de planète. Et la pochette est superbe.


          Lenny Dee versus Dj Edge - Silence Of Eternity
          Parce que Lenny Dee était venu mixer sur FG un samedi soir avant d'aller jouer en teuf et qu'il avait commencé son set par ça (une autre cassette que j'ai beaucoup écoutée). C'était le son de la grosse teuf, tu savais que tu n'y allais pas pour danser la carmagnole.


          The Spiral Tribe - Ragga Boom
          Parce que ce morceau est une fumerie, l'un des plus grands crus des Spiral et que j'ai toujours adoré les mélanges réussis de son breakbeat-rave et de toast ragga.


            Ramirez - El Ritmo Barbaro (El Flagelo Mix)
            Parce qu'encore maintenant je me dis que ce morceau est complètement dingue. On nous parle de new cumbia aujourd'hui et en Colombie il y a une scène techno cumbia mais là pour le coup on est en 1992.


              Spectrum - Brazil
              Parce que ce morceau était sur le mix d'un certain Joakim B, on n'arrêtait pas d'écouter cete cassette. A un moment où la techno commençait à tourner en rond, on redécouvrait ces sons qui allaient droit au but, entre tech et acid-house.

                Flowered Up - Weekender
                Parce que le morceau est beau et que cette vidéo dit tout sur les excès : "Make sure what you're doing makes you happy." Pour le dire autrement, dans la fête il doit y avoir l'idée de joie, sinon ce n'est plus la fête.
                En plus, ça permet d'évoquer indirectement Weatherall (sans lequel cette playlist ne serait pas complète) puisqu'il a fait un remix de 17 min. du titre.



                  Motorbass - Flying Fingers
                  Parce que Francesco Farfa l'avait joué dans un mix mémorable, encore et toujours à FG. A l'époque, la fine fleur de la scène house progressive (ça ne voulait pas dire la même chose qu'aujourd'hui) était venue l'écouter dans le studio et on les entendait applaudir à la fin (Armand, Sonic et qq autres). Une cassette que j'adorais, j'avais fait découvrir ce mix à un pote qui était dans le hip hop et il avait halluciné. Parmi les djs italiens, on parle de Daniele Baldelli et de Beppe Loda aujourd'hui (qui vient d'ailleurs de m'envoyer 2 mixes exclusifs pour 716), deux djs cultes de disco des années 70, 80 mais je pense que dans quelque temps on ressortira des mixes de Farfa qui a énormément marqué les esprits en France par ses mixes super funky, notamment dans le sud de la France où il tournait beaucoup. Ensuite il est parti dans de la tech-house transouille assez attristante. Les italiens, quand ils touchent à l'électro, y apportent une joie de vivre assez hallucinante.


                    Morten Sorensen - Start Something
                    Parce que c'est un morceau récent qui m'évoque toutes les joies simples d'une bonne fête, tout ce que j'avais adoré en découvrant la techno : on pouvait enfin danser (jusque-là on avait eu que les slows dans les boums), se déchaîner, bouger comme on le sentait, c'était totalement nouveau, libérateur et sain.

                    Aucun commentaire:

                    Enregistrer un commentaire